Des grandes marques son concernés par cette affaire l’arrangement aurais duré plusieurs années une enquête a été ouverte par l’autorité de la concurrence. Une brasserie au cœur de la capitale, un hôtel en région parisienne deux lieux ordinaires et un point commun : il aurait accueilli des réunions  organisées en secret autour de la table selon le Figaro des fabricants de yaourt français, quatre géants du secteur du lait dont Yoplait et  LACTALIS et six PME parmi lequelles  Laita ou encore Alsace Lait. Au menu des discussions, les prix de vente de certains produits laitiers yaourt, fromage frais ou encore crème dessert vendu sous des marques distributeurs.

Une entente sur les pris totalement illégal pourtant l’autorité de la concurrence enquête sur ce dossier depuis trois ans audition, perquisition, ils découvrent des carnets secrets et une ligne téléphonique spécialement ouverte par l’un des participants au nom de sa compagne, pourtant les enquêteurs relèvent 2200 appels avec la concurrence en trois ans.

 

Dans une note manuscrite, les industriels s’accordent sur une hausse des prix 6 % pour les yaourts, 10 % pour la crème fraiche, 8% pour les fromages frais ou encore 4 % pour les desserts et ils établissent ensemble la liste des arguments à présenter a la grande distribution. Hausse du prix du lait des emballages et des coûts du transport ou de l’énergie. Ces petits arrangements ont duré six ans avant d’être dénoncés par l’un de ses membres tous pourrais être condamné à de lourdes amendes, tous sauf un Yoplait l’entreprise qui a brisé le secret.

Ces pratiques font clairement gonfler les prix, selon les économistes en entente, c’est 20 % à 25 % de plus sur les étiquettes. Par exemple s’il y a une entente, le consommateur paye, 2.20 euros son pack yaourt au lieu de 1.80 euro et ça marche sur les autres produits tels que la lessive un litre de lessive coûterait avec une entente 7.90 euros au lieu de 6.60 euros. Cette pratique est courante dans de nombreux secteurs il y a eu la téléphonie mobile en 2005 montant de l’amende 534 millions d’euros, les lessives en 2011 montant de l’amende 367 millions d’euros et plus de 951 millions d’euros l’an dernier pour les fabricants de produit d’entretient et d’hygiène. Les amendes peuvent aller jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires d’un groupe.