Si quelques médias résistent au passage, paraissant inévitable, à l’ère du numérique, on prédit la fin très prochainement de la presse papier dans le monde. Aux Etats-Unis, on donne même la date de 2017 pour ne plus voir de journaux dans les kiosques, à l’exception de deux ou trois quotidiens. Le KO total s’approche et les américains s’en soucie : la migration vers le numérique coûtent des milliers d’emplois et de grosses pertes menaçant la survie de certaines marques. Décryptage.

Le déclin est inévitable en Amérique

telecharger

Chez le pays de l’Oncle Sam, les dés sont jetés et la chute de la presse papier n’est qu’une question de temps. Un rapport du Center for the Digital Future de la USC Annenberg estime qu’il n’y aurait plus de journaux imprimés dans le pays d’ici 2017 et seuls les gros calibres comme « The New York Times » et le « Washington Post » vont devoir tenir. De nombreux médias ont émergé ainsi vers le numérique, à l’instar du « The Christian Science Monitor »   qui a abandonné sa version papier pour un contenu entièrement numérique.

Pour les américains, le déclin ne résume pas uniquement dans la disparition des journaux en papier. Il s’agit surtout d’un constat économique alarmant qui provoque cette décision. En effet, les revenus publicitaires de la presse papier ont baissé de la moitié passant de 49,4 milliards de dollars en 2005 à 24 milliards de dollars en 2011. Les publicitaires n’ont plus confiance en ces versions traditionnelles et préfèrent miser sur le numérique ce qui explique la hausse des revenus de la publicité en ligne de 8% par an. Cette situation se répercute négativement sur la stabilité des emplois aux Etats-Unis que ses marques de presse ont dû supprimer 3775 postes en 2011, soit 30% de plus qu’une année auparavant.

2017 pour les Etats-Unis, 2029 pour la France 

presse-contact

Dans une publication assez drôle dans son genre, le site Future Exploration a proposé la chronologie de la disparation de la presse papier du monde entier. Pour les Etats-Unis, l’année 2017 sera celle où on ne verra plus de journaux en papier dans les kiosques. La suppression des emplois dans la presse se répercute même sur les études de journalisme : les étudiants paniquent à l’idée de ne plus trouver d’emploi dans leur domaine de spécialité.

En France, on prévoit la disparation totale de la presse papier en 2029. Une date légèrement lointaine par rapport aux américains, mais l’alarme commence à sonner chez la plupart des marques de presse française. Cependant, le groupe de presse de Robert Lafont semble foirer son passage numérique et insister sur sa publication en print ce qui remet en question sa survie avec le temps et la montée de cette vague de migration vers la presse en ligne.